Envie de participer ?

Jean-François Artige, licencié compétiteur de notre club est le dirigeant de Globalim, société d’import à Lorient et joueur de notre club. Jeff va distribuer gratuitement 1 000 masques aux professionnels de santé de la presqu’île de Quiberon (Morbihan). Bravo Jeff: dirigeants, encadrants et joueurs de "Presqu'ile TT Quiberon" sont fiers de toi.

Jeff ARTIGE solidaire des professionnels de la santé sur la presqu'ile de Quiberon

ARTICLE "OUEST-FRANCE" du 13 AVRIL 2020

C’est en lisant l’appel aux dons de la Communauté professionnelle territoriale de santé de la presqu’île de Quiberon sur les réseaux sociaux que Jean-François Artige, dirigeant de Globalim – société d’import basée à Lorient -, a eu cette idée : « Quand j’ai vu le désarroi des soignants, j’ai pensé à utiliser mon réseau de fournisseurs en Chine avec qui je travaille depuis longtemps. Je savais qu’en Asie, la situation s’améliore, même si ce n’est pas terminé. Je les ai simplement contactés et trois d’entre eux ont tout de suite marché quand ils ont su dans quel but je cherchais des masques », relate le Saint-Pierrois, importateur de produits de la mer surgelés.

Un geste qui lui semble « normal » en cette période.

Il a donc « tout simplement » pris la décision de commander des masques et de les financer, non par sa société, mais sur ses propres deniers. Un geste qui lui semble « normal » en cette période.

Depuis le 25 mars, Jean-François Artige reçoit donc ses commandes à domicile. Mercredi 8 avril, il en a réceptionné 550 et la dernière centaine est arrivée vendredi 10 avril. En tout, il en aura offert 850 aux associations qui gèrent la crise sur la presqu’île.

« 600 masques ont été bloqués à la frontière chinoise »

Des masques à destination des soignants mais aussi des aides à domicile et d’associations œuvrant au plus près des gens. Un élan de générosité qualifié « d’exceptionnel » par les professionnels de santé. « Je préfère dire que j’en attends et ne suis jamais sûr jusqu’au moment de la livraison, confie Jean-François. Dans une de mes dernières commandes, je devais en recevoir 1 000 mais 600 masques ont été bloqués à la frontière chinoise. 

S’il reconnaît que face à l’énorme demande internationale, les tarifs des masques ont flambé, le donateur arrive à maintenir les prix de sa première commande, grâce à ses relations chinoises. « Je ne veux tirer aucune gloire de ce que j’ai fait. C’est juste un geste de solidarité », conclut Jean-François Artige.

 


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.